L’ancienne école Grant sur le chemin Richmond est aujourd’hui devenue la Maison de la Francophonie d’Ottawa.
L’ancienne école Grant sur le chemin Richmond est aujourd’hui devenue la Maison de la Francophonie d’Ottawa.

Maison de la Francophonie à Ottawa: «Mission accomplie»

Charles-Antoine Gagnon
Le Droit
Trois décennies après que l’idée eut germé et avec un chemin composé de plusieurs embûches, les francophones et francophiles de l’ouest d’Ottawa ont maintenant un espace bien à eux où de nombreux programmes et services, comme une garderie ainsi que des activités sportives et culturelles, leur seront offerts.

« On est pour le moins tenaces », a lancé le président de la Maison de la Francophonie d’Ottawa, Ronald Bisson, devant plusieurs centaines de personnes venues assister jeudi soir à l’inauguration du carrefour multiservices situé sur le chemin Richmond, à proximité du centre d’achat Bayshore.

La Maison représente un symbole de la lutte et de la persévérance des Franco-ontariens, a-t-on signalé lors de la cérémonie.

L’immeuble est celui de l’ancienne école Grant qui a été rénovée. Il est composé d’un gymnase, d’un service de garde, de locaux pour les soins de santé, de salles pour de la formation générale et de bureaux pour des groupes communautaires.

Le site a été acheté en 2012. Les travaux de rénovation ont commencé en 2016, mais le projet a été arrêté en raison de plusieurs problèmes rencontrés avec la structure de l’immeuble, notamment.

Un partenariat entre la Coopérative multiservices francophone de l’ouest d’Ottawa (CMFO) et le Conseil des écoles publiques de l’Est d’Ottawa (CEPEO) a été créé, ce qui a permis la relance du projet de 20 millions $.

Le président du CEPEO, Denis Chartrand, et le président de la Maison de la Francophonie d’Ottawa ont célébré jeudi en compagnie de plusieurs centaines de personnes l’inauguration du nouveau quartier général des francophones et francophiles de l’ouest de la ville.

« Permettez-moi de saluer le dévouement inlassable de tous ceux et toutes celles qui depuis plus d’une dizaine d’années ont multiplié les efforts afin que les francophones et les francophiles de l’ouest d’Ottawa puissent bénéficier d’un espace multidisciplinaire inclusif, accueillant et bienveillant. Aujourd’hui, vous pouvez dire : ‘Mission accomplie’ », a indiqué le président du CEPEO, Denis Chartrand.

Le CEPEO est un partenaire important de la Coopérative dans le projet de la Maison de la Francophonie d’Ottawa.

Le conseil scolaire y offrira d’ailleurs des cours et des programmes pour la petite enfance jusqu’à l’âge adulte.

Plus d’une quarantaine d’organismes s’impliquent dans la Maison de la Francophonie afin d’offrir programmes et services aux enfants en bas âge jusqu’aux aînés, a précisé M. Bisson. Il y aura des services en santé avec l’Hôpital Montfort. La Cité, Grandir ensemble, la Coopérative Ami jeunesse et Retraite en action, entre autres, figurent parmi les autres organismes présents.

« Nous sommes 30 000 francophones à l’ouest de l’avenue Bronson, et nous n’avions aucune place où aller. Il n’y avait pas de lieu central où on pouvait réunir la francophonie. Un Tim Hortons sur l’avenue Carling a été notre quartier général pendant longtemps. Il y a des familles qui se rencontraient tous les dimanches matin au Ikea pendant des années. Pour les rencontres du conseil d’administration (de la Coopérative), on se donnait rendez-vous au condo d’un de nos membres. Les 30 000 francophones éparpillés un peu partout sur le territoire avaient besoin d’une destination, qui est maintenant ici, et aussi d’un symbole qui dit que la francophonie a pignon sur rue dans l’ouest de la ville, autant qu’elle l’est à Orléans, dans la Basse-Ville et dans Vanier », a expliqué M. Bisson.

Plusieurs politiciens municipaux, provinciaux et fédéraux, de même que le chef du Service de police d’Ottawa, Peter Sloly, étaient présents à l’inauguration de la Maison, qui se trouve dans le quartier de la conseillère municipale Theresa Kavanagh.

« Il y a beaucoup de changements dans le quartier Bay, a partagé Mme Kavanagh. Il y a de plus en plus de familles francophones et aussi de plus en plus d’écoles francophones dans l’ouest. Beaucoup d’immigrants francophones viennent aussi s’installer dans le secteur. L’ouverture de la Maison est donc une bonne chose pour les immigrants francophones. »